ACTUALITÉS

 

28 mars 2018

LES HOMMES SOUHAITENT ÊTRE DES PARTENAIRES À PART ENTIÈRE DANS LA LUTTE AUX VIOLENCES CONJUGALES

Alors que se déroule les consultations québécoises en matière de violences conjugales, Se parler… D’Hommes à Hommes, un organisme qui vient en aide aux hommes en contexte de violences conjugales et familiales de la région des Appalaches, demande au gouvernement québécois une réelle prise en compte des hommes dans la lutte contre ces violences. Durement affecté par les faibles sommes attribuées par le gouvernement, les organismes du réseau À cœur d'homme - Réseau d'aide aux hommes pour une société sans violence, qui regroupe Se parler… D’Hommes à Hommes et 27 autres organismes communautaires, font face à un sous-financement chronique ; 682 personnes, principalement des hommes ayant des comportements violents en contexte conjugal et familial, sont mises en attente, faute de ressources pour leur venir immédiatement en aide, alors que le réseau réclame 2,9 millions $ en aide d’urgence pour arriver à sortir la tête de l’eau.

 

« Plusieurs acteurs gouvernementaux nous disent qu’il est important de venir en aide aux hommes, que le travail de Se parler… D’Hommes à Hommes et des autres organismes du réseau à cœur d'homme, qui permettent notamment aux hommes auteurs de violences conjugales et familiales de cesser leurs comportements violents, est essentiel. Cependant, nous sommes forcés d’admettre que les actions ne suivent pas les paroles. Le 7 mars dernier, le gouvernement annonçait près de 20 millions pour « agir contre les agressions sexuelles et la violence conjugale » dont uniquement 200 000$, soit seulement 1% de ce montant, pour « soutenir des organismes pour conjoints ayant des comportements violents et pour adapter leurs services aux besoins des personnes issues de l'immigration ». Bien que nous sommes d’avis qu’il est primordial de soutenir financièrement, et de manière adéquate, les organismes d’aide aux victimes et auteurs d’agressions sexuelles de même que les organismes œuvrant auprès des femmes victimes de violences conjugales, nous déplorons les faibles sommes destinées à notre réseau. Est-ce que le gouvernement réalise qu’en matière de violences conjugales et familiales, les hommes font tout autant partie de la solution? », questionne Rémi Bilodeau, directeur général d’à cœur d'homme.

 

«Se parler… D’Hommes à Hommes manque cruellement de financement. Nous éprouvons des difficultés à desservir la clientèle qui frappe à nos portes, malgré tous nos efforts pour maintenir la qualité de nos services. Cette situation comporte plusieurs conséquences, dont entre autres: un personnel surchargé, peu de prévention auprès des jeunes, une liste d’attente, etc.... Au cours de la dernière année, chez Se parler… D’Hommes à Hommes, deux (2) hommes ayant des comportements violents en contexte conjugal et familial ont dû être mis sur des listes d’attente. Cette situation n’est pas étrangère au reste du réseau à coeur d’homme: 80% des organismes qui y sont membres possèdent de telles listes.  Cette situation est particulièrement préoccupante sachant que plusieurs hommes laisseront tomber leur demande d’aide en raison des délais d’attente. Une intervention rapide auprès de cette clientèle est pourtant nécessaire en considérant qu’il s’agit d’un enjeu de sécurité pour les conjoint(e)s et enfants de ces hommes », explique Mme Marie-Claude Gagné, directrice générale de Se parler… D’Hommes à Hommes. « La majorité des hommes qui nous demandent de l’aide sont des pères, vivant en couple ou en situation de rupture, âgés entre 18 et 40 ans, salariés ou travailleurs autonomes. Il pourrait s’agir de votre garçon, de votre père, de votre frère. Ces hommes ont besoin d’une aide rapide et nous réclamons les sommes nécessaires pour les aider. Nous avons urgemment besoin de 2,9 millions $, au niveau national, pour que nous arrêtions de nous demander quel est le prochain service qu’on devra couper et qu’on puisse simplement se consacrer à aider les gens », ajoute Madame Gagné.

 

« Le gouvernement devrait réellement considérer l’importance de l’implication des hommes dans la lutte contre les violences conjugales et familiales en finançant adéquatement le travail de Se parler… D’Hommes à Hommes et des autres membres du réseau à cœur d'homme. Alors que le nouveau Plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale devrait être dévoilé prochainement, nous espérons que notre message sera entendu », conclut Mme Gagné.

 

 

 

<< RETOUR AUX ACTUALITÉS